Le processus d’Agenda Setting (Scheufele, 2000)

Scheufele (2000) différencie plusieurs étapes dans les processus à la fois d’Agenda-Setting et de cadrage (Figure ci-dessous).

Vue d'ensemble des processus d'Agenda-Setting et de Cadrage (Scheufele, 2000)

L’Agenda-building est l’étape initiale du processus d’Agenda-Setting. C’est une des étapes les plus rarement étudiées selon Scheufele (ibid.). L’intérêt se porte sur la façon dont les questions sont créées. À savoir : comment certains problèmes arrivent à l’attention des décideurs tandis que d’autres restent dans l’ombre ? À travers leur modèle, Rogers et Dearing (1987) ont tenté de répondre partiellement à cette question, mais il reste que de nombreux facteurs interviennent dans l’agenda building. La seule chose que l’on puisse dire, c’est qu’en dernier recours seuls les reporters, les éditorialistes, etc. décident quelles informations mettre à la Une (Tuchman, 1978). Malgré tout, de nombreux chercheurs considèrent que les médias ne font que reproduire les idéologies dominantes (Hall, Critcher, Jefferson, Clarke & Roberts, 1978) ou sont au carrefour d’intérêts économiques et politiques (Herman & Chomsky, 1988). A titre d’exemple, de Vreese (2001) considèrent que deux types de facteur influent sur l’élaboration des informations électorales : des facteurs externes et des facteurs internes aux organisations de presse. « A l’extérieur, les caractéristiques du marché, la législation sur la radiodiffusion et le climat politique influenceraient la production d’informations. Intérieurement, les routines organisationnelles, les prises de décision éditoriales et les perceptions des journalistes et des cadres sur leur rôle ont été identifiées comme d’importantes variables influençant le contenu » (de Vreese, 2001, p.159) auxquels s’ajoutent, selon de Vreese (ibid.), l’approche éditoriale par rapport aux élections et l’agenda politique.

Concernant l’approche éditoriale, de Vreese introduit une distinction théorique entre une approche dite sacerdotale et une approche dite pragmatique qui repose sur le statut accordé à la campagne électorale par les journalistes. Dans l’approche sacerdotale, ces derniers conçoivent les élections comme représentatives de la démocratie et accordent donc une priorité aux informations électorales. Au contraire, dans l’approche pragmatique, les élections ne sont qu’une information potentielle parmi d’autres. Leur traitement sera le fruit d’une concurrence avec d’autres informations dignes d’intérêt.

L’amorçage est parfaitement illustré dans la recherche menée par Iyengar et Kinder (1987) sur la perception des hommes politiques. Ils ont étudié comment le traitement médiatique de l’Irangate[1] a influé sur les évaluations du public envers les performances du Président Reagan. Leurs résultats confirmèrent amplement leurs attentes. Récemment, Kuhn (2005) a étudié la couverture médiatique démesurée de l’insécurité les semaines précédant les élections présidentielles de 2002. Il juge que l’insécurité a pu être un critère décisif dans le jugement fait par les électeurs indécis à propos des candidats. Kiousis, Bantimaroudis et Ban (1999) se sont intéressés à la façon dont les médias relayaient les traits de candidats politiques. Ils ont vérifié que les portraits ainsi proposés influence la perception du public et ont observé, de surcroît, une influence sur la perception affective de ces candidats par le public.

Références bibliographiques :

de Vreese, C. H. (2001). Election Coverage – New Directions for Public Broadcasting: The Netherlands and Beyond. European Journal of Communication, 16(2), 155-180.

Hall, S. C., Critcher, C., Jefferson, T., Clarke, J., & Roberts, B. (1978). Policing the crisis: Mugging, the State, and Law and Order. London: MacMillan.

Herman, E. S., & Chomsky, N. (1988). Manufacturing Consent: The Political Economy of Mass Media. New York: Pantheon Books.

Iyengar, S., & Kinder, D. R. (1987). News That Matters: Television and American Opinion. Chicago: The University of Chicago Press.

Kuhn, R. (2005). ‘Be Very Afraid’: Television and l’Insecurite in the 2002 French Presidential Election. European Journal of Communication, 20(2), 181-198.

Rogers, E., & Dearing, J. (1987). Agenda-setting research: where has it been, where is it going? Communication Yearbook, 11, 555-594.

Scheufele, D. A. (2000). Agenda-Setting, Priming, and Framing Revisited: Another Look at Cognitive Effects of Political Communication. Mass Communication & Society, 3(2&3), 297-316.

Tuchman, G. (1978). Making News: A study in the construction of reality. New York: The Free Press.


[1] Entre 1985 et 1986, des ventes secrètes d’armes à l’Iran effectuées par les Etats-Unis ont financé en grande partie les Contras (guérilleros anticommuniste) nicaraguayens.  L’Iran était pourtant l’un des ennemis des Etats-Unis.

Publicités

Une réflexion sur “Le processus d’Agenda Setting (Scheufele, 2000)

  1. Pingback: Cadres et cadrage (Scheufele, 2000) « Arnofouquet’s world

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s