Les représentations sociales

Au sein de notre environnement social en constante évolution apparaissent des objets abstraits susceptibles d’être problématiques en raison de leur caractère méconnu et étrange (Moscovici, 1961). Afin d’y faire face, au travers la communication sociale, une pensée naïve dite de « sens commun » permet « de rendre l’étrange familier ». Cette pensée naturelle prend la forme de représentations sociales. En d’autres termes, l’apparition d’un objet nouveau pouvant menacer le quotidien d’un, ou de plusieurs groupes sociaux, active la genèse de représentations. Le but des représentations sociales est alors d’appréhender l’étrange, d’y faire face symboliquement (Wagner, Kronberger & Seifert, 2002).

Les représentations sociales permettent aux membres d’un même groupe de posséder un code commun, c’est-à-dire des conceptions partagées d’un même objet. Ainsi, les représentations facilitent la communication entre les individus et au sein des groupes. Par la conversation qu’entretiennent les individus à propos d’un objet et les comportements qu’ils émettent envers lui, cet objet devient un objet social pour le groupe (Wagner et al, 1999).

Les représentations ne naissent pas dans un vide social (Jodelet, 1989). Élaborées au sein des groupes sociaux,  les représentations sociales prennent forme au travers de croyances groupales préexistantes, spécifiques de l’histoire du groupe. Elles acquièrent une certaine spécificité en en reflétant les normes et valeurs, ainsi que les relations qu’ils entretiennent avec d’autres groupes dans le champ social.

Jodelet (1994, p.668)  donne la définition suivante des représentations sociales : « Forme de connaissance courante dite de « sens commun », caractérisée par les propriétés suivantes : 1.elle est socialement élaborée et partagée ; 2. Elle a une visée pratique d’organisation, de maîtrise de l’environnement (matériel, social, idéel) et d’orientation des conduites et communications ; 3.elle concourt à l’établissement d’une vision de la réalité commune à un ensemble social (groupe, classe, etc.) ou culturel donné. »[1].

Références bibliographiques :

Jodelet, D. (1989). Représentations sociales : un domaine en expansion. Dans D. Jodelet (Éd.), Les Représentations sociales (pp. 47-78). Paris: Presses Universitaires de France. 2ième édition : 1994 (pp.31-61)

Moscovici, S. (1961). La psychanalyse, son image et son public. Paris: Presses Universitaires de France. (2ième édition 1976).

Wagner, W., Duveen, G., Farr, R., Jovchelovitch, S., Lorenzi-Cioldi, F., Markovà, I., et al. (1999). Theory and Method of Social Representations. Asian Journal of Social Psychology, 2, 95-125.

Wagner, W., Kronberger, N., & Seifert, F. (2002). Collective symbolic coping with new technology: Knowledge, images and public discourse. British Journal of Social Psychology, 41, 323-343.


[1] Définition donnée par Denise Jodelet pour Grand dictionnaire de psychologie (1994). (2nd édition). Paris : Larousse. pp. 668-672

Publicités

Une réflexion sur “Les représentations sociales

  1. Pingback: Premiers résultats « Arnofouquet’s world

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s